"Je ne veux pas être une vedette, je veux être un ami" *

Publié le par Intégrale Brassens chronologique


   C'est parti pour la 4ème année édition !
   L'intégralité des chansons de Georges Brassens, dont plusieurs dizaines de posthumes, interprétées au plus près de l'ordre chronologique par différents artistes, professionnels ou amateurs.

On connaît bien, ou assez bien, une trentaine de ses chansons, les plus grands succès. On connaît moins, ou pas du tout, la face cachée de l'iceberg, des petites merveilles de poésie, de drôlerie, de philosophie, qui méritent d'être entendues et ré-entendues. Près de 220 chansons ! Vous les entendrez toutes (toutes ? il faut toujours des exceptions : amusez-vous à les – ou la – trouver !)

Dans le hall d'entrée de la salle de spectacle, sur les murs de l'escalier et de la salle, exposition de photos de Josée Stroobants et Denis Vicherat, dessins de Robert Le Gresley. En ouverture du festival 2007 nous avions rendu hommage à Pierre Louki récemment disparu, en 2008 à Félix Leclerc. Cette année, Chantal Grimm nous invite, le dimanche 18 octobre en première partie du spectacle, à rencontrer les cabaretiers du XIXème siècle qui inspirèrent particulièrement Georges Brassens.

 

Bonheur est de constater qu'autour de Brassens, les manifestations fleurissent. Il bâtissait pour la durée et ne s'y est pas trompé. Son œuvre reste un ancrage musical et poétique profond, l'esprit et l'humanité qui l'animent une référence importante même (et surtout) à l'époque actuelle. Sa poésie, à la fois exigeante, fraîche et frondeuse, semble inlassablement combler ceux, toujours nombreux, qui s'en nourrissent ; ses musiques, populaires mais savamment construites, n'ont pas pris une ride ; et la gratuité de l'amitié humaine dont résonne chacune de ces chansons est un baume dans un monde où le stress de l'encombrement sonore, de la surpopulation, de l'exigence conjuguée de production matérielle et de réductions budgétaires n'engendrent pas le bonheur dans l'action ni les retrouvailles, avec des amis ou tout bonnement soi-même, pour jouir avec simplicité de l'existence.

La qualité, la convivialité et la joie de vivre entretiennent le succès des chansons de Brassens. La simplicité et l'exigence avec lesquelles il les a composées font que ceux qui les chantent comme ceux qui les écoutent se sentent aimés, respectés. Il semblerait que ça compte.

 

C'est pour cela que nous acceptons, année après année, de nous remettre au travail pour rendre vivante la bibliothèque intégrale de son œuvre.

C'est pour cela aussi que, malgré l'obstacle que constitue l’entrée libre dans l'obtention d'aides financières de la part des organismes publics comme des partenaires privés, nous y tenons : les artistes méritent (et nécessitent) salaire, ça ne se discute pas, et les bénévoles le remboursement des frais engagés ; ne sacrifierait-on pas l'esprit de cette grande fête populaire en lui accordant un aspect commercial ? mais pourrons-nous tenir longtemps sans prix d'entrée ?

 

Tout cela semble avoir été compris par les élus du 9ème arrondissement de Paris : un grand merci à eux, à Nadia Prête, qui en 2006, alors conseillère municipale déléguée à la Culture et contactée par notre secrétaire actuel, nous a ouvert la porte de son bureau et a accepté de soutenir le projet. À Monsieur Jacques Bravo, maire du 9ème et bon connaisseur de Brassens, qui a tout de suite donné son aval. À Thierry Cazaux, actuel conseiller délégué à l’action culturelle, qui reconduit le soutien de Nadia Prête.

Pour la petite histoire, Brassens, déserteur du STO en mars 1944, avait donné une fausse adresse dans l'arrondissement : 22 rue de Douai (alors qu'il résidait dans le 14ème), et fit ses débuts au cabaret des Trois Baudets, à la frontière du 9ème (mais dans le 18ème).

 

                                                                                Marie Volta

                                                                    Présidente du Grand Pan, octobre 2009

 

* Georges Brassens, cité dans « Les chemins qui ne mènent pas à Rome », Jean-Paul Liégeois, Le Cherche-Midi Éditeur.

Commenter cet article

raoul rapetout 18/10/2009 22:36


Je viens d'assister au premier concert du millésime 2009. Ce fut un vrai bonheur, un mélange de qualité, de tendresse, de rire. J'espère pouvoir y retourner dans la semaine. Merci aux artistes et à
celles et ceux qui ont permis que je passe cette soirée mémorable.