Austère présentation

Publié le par Intégrale Brassens chronologique

   Suite à de nombreuses questions...

   L'association Le Grand Pan
se consacre à la promotion de la chanson. Dans les faits, sa mission est surtout de pérenniser le festival l'Intégrale Brassens, qui propose l'intégralité des chansons de Georges Brassens interprétées au plus près de l'ordre chronologique par différents artistes, professionnels ou amateurs, mais toujours de qualité et animés pour l'occasion par un esprit collectif.
   L'année 2008 en voit la troisième édition.
   Notons aussi que dans le hall d'entrée de la salle de spectacle, parfois dans la salle elle-même, nous proposons chaque année une exposition de photos, dessins, tableaux, autour de l'artiste et de son oeuvre.
   L'intérêt de la démarche est à la fois culturel (Brassens est le chanteur français le plus traduit et on peut le considérer comme le La Fontaine du XXème siècle, l'espiègle moraliste de la vie quotidienne), artistique (chaque chanteur proposant son interprétation de l'oeuvre) et humain (nous tenons beaucoup à l'aspect collectif de la manifestation et de sa préparation, et à sa gratuité).
   Nous avons par ailleurs rendu hommage à Pierre Louki, alors récemment disparu, en ouverture du festival 2007, et rendrons hommage cette année à Félix Leclerc, décédé il y a juste vingt ans. 
 
   Il existe et a existé de nombreux festivals autour de Georges Brassens. Il n'en existe pas de pérenne en Ile-de-France et c'est, à notre connaissance, le seul au monde qui propose l'oeuvre intégrale, dans l'ordre chronologique.
   L'idée de l'Intégrale est née de la constatation que, dans les concerts et festivals "Brassens", on entendait toujours plusieurs fois les mêmes trente succès, alors que cet oeuvre regorge de trésors peu ou mal connus. Mon ami Dimitris Bogdis, traducteur et interprète de Brassens en grec, s'en est ouvert à moi en avril 2006, et nous avons décidé qu'à deux, nous allions faire en sorte d'organiser cette manifestation à l'occasion des 85 ans de la naissance de Brassens et des 25 ans de sa disparition, respectivement les dimanche 22 et dimanche 29 octobre 2006. L'Intégrale a donc pris place durant les huit jours qui relient ces deux dates.
   Plusieurs amis bénévoles nous ont rejoints dans l'organisation, et cet événement qui devait n'avoir lieu qu'une seule fois, a remporté suffisamment de succès auprès du public et soulevé suffisamment d'enthousiasme chez les artistes pour que nous le reconduisions en 2007 et 2008.
 
   Nous avons en 2006 pris contact avec les artistes que nous connaissions personnellement et dont le répertoire contenait des chansons de Brassens, voire qui avaient monté des spectacles entiers autour de lui. D'une année sur l'autre, d'autres nous ont rejoints. Aucun, même parmi les professionnels, n'a décliné l'invitation, malgré le manque de moyens financiers.
   (Ce dernier point reste cependant pour nous un souci majeur, car nous ne pouvons pas envisager de pérenniser cet événement sans, à moyen terme, en rémunérer dignement les participants. La mairie du 9ème nous apporte une aide précieuse en nous prêtant la salle et en facilitant la promotion (affiches, tracts, gazette), mais la subvention, appréciable, qui nous est allouée, reste actuellement trop mince pour huit soirs de spectacle, et nous devons trouver le moyen d'obtenir davantage, par subventions ou autre. La question d'une reconduite sur 2009 se pose, de même qu'elle se posait pour 2008.)
 
   Pourquoi le 9ème arrondissement ? Parce que Nadia Prête, alors conseillère municipale déléguée à la Culture et contactée par notre secrétaire actuel, Philippe Vicherat, a été la seule responsable, parmi ceux à qui nous avons proposé cette aventure, à nous ouvrir la porte de son bureau et à accepter. Monsieur Jacques Bravo, bon connaisseur de Brassens, a tout de suite donné son aval. Patrick Cazeaux, actuel adjoint à la culture, reconduit le soutien de Nadia Prête.
   Pour la petite histoire, Brassens, déserteur du STO en mars 1944, avait donné une fausse adresse dans l'arrondissement : 22 rue de Douai (alors qu'il résidait dans le 14ème), et fit ses débuts au cabaret des Trois Baudets, à la frontière du 9ème (mais dans le 18ème).

                                                                            
Article publié par Marie Volta

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article